Observatoire magnétique Cambridge Bay (CBB)

Photo de l'observatoire magnétique Cambridge Bay
Information de l'observatoire magnétique Cambridge Bay
Nom Cambridge Bay
Code alphabétique AIGA CBB
Code numérique AIGA 021255
Coordonnées géographiques 69.123° N, 254.969° E
Coordonnées géomagnétiques (IGRF-11 (2010)) 76.32° N, 55.24° O (2010.0)
Altitude 20 m
Année d'inauguration 1972
Données de l'observatoire liens

Pour plus d'information sur le code AIGA, s'il-vous-plaît visiter le site web de AIGA.


En raison des effets de la forte anomalie de l'induction qui existaient à Alert, il a été décidé, en 1972, d'y réduire le programme d'observations magnétiques. On a d'abord prévu de remplacer l'Observatoire par un observatoire à Eureka (80° N, 85° 56' O).

Cependant, les relevés magnétiques effectués de 1960 à 1962 montraient que les effets de l'anomalie d'Alert étaient importants, du moins aussi loin vers le sud qu'Eureka. Pour sélectionner un emplacement convenable, on a ensuite fait fonctionner un magnétomètre enregistreur à saturation à Cambridge Bay pendant deux mois, au cours de l'été 1968. Aucun effet inhabituel n'a été observé dans les enregistrements. En outre, Cambridge Bay étant située sous le cornet polaire, on s'attendait à ce que la station nous procure des données précieuses pour les études de la magnétosphère.

On a fait une sélection préliminaire de l'emplacement, à l'aide de photographies aériennes de la région, en consultation avec les agents du ministère des Affaires indiennes et du Nord. On a donc choisi un terrain de 90 000 m2, à 180 m au nord du rivage et à 15 km à l'est du village. L'emplacement se trouve sur des roches sédimentaires métamorphisées d'âge ordovicien et silurien. En septembre 1971, on a effectué un relevé de la force totale de l'emplacement proposé. Les lectures ont été prises à tous les 30 m, le long de deux lignes tracées dans les directions est-ouest et nord-sud. Les gradients étaient de 1,5 nT en 10 m vers le nord et de 3 nT en 10 m vers le sud de l'emplacement proposé du bâtiment. Des forages antérieurs du sol avaient confirmé que l'emplacement convenait à l'érection du bâtiment, puisqu'on n'y a pas trouvé de pergélisol. En effet, l'emplacement se trouve au sommet d'une colline de gravier de 17 m de hauteur.

On a terminé la construction du bâtiment en décembre 1971. La construction est identique à celle des bâtiments de Resolute Bay et de Baker Lake (T.N.-O.).

On a entrepris les enregistrements du champ magnétique par l'installation d'un appareil AMOS MK I en avril 1972. Devenant désuet, cet instrument a fait place, en mars 1982, à l'appareil AMOS MK III, qu'a remplacé à son tour, dans la première semaine de 1992, le CANMOS, conforme à INTERMAGNET.

Le CANMOS (pour Canadian Magnetic Observatory System - Système des observatoires magnétiques canadiens) a été conçu par le personnel du service de surveillance géomagnétique de la Commission géologique du Canada, qui a mis au point le logiciel de commande des magnétomètres et de traitement des données numériques de base. Il comprend notamment les composantes suivantes :

  • un magnétomètre triaxial du commerce, à saturation et à noyau annulaire, monté sur un système de suspension corrigeant l'inclinaison (conçu par la CGC)
  • un magnétomètre Overhauser à précession de protons
  • une horloge interne de synchronisation
  • divers supports d'information
  • périphériques de sortie RS-232 pour les chaînes de données d'une seconde, de cinq secondes et d'une minute

Les AMOS MK I et III étaient des instruments conçus et fabriqués par l'Observatoire fédéral et la Direction de la physique du globe. Ils diffèrent considérablement d'une version du commerce également nommée AMOS.